Call Of Duty Modern Warfare II

102
0
Share:
Graphismes9.4
Animation9.3
Gameplay9
Bande Son9.2
Intérêt9.2
9.2

A chaque année son Call Of Duty. Oui. C’en est presque fatiguant à la longue et pourtant on attend la nouvelle itération d’un oeil toujours curieux car il faut bien avouer que ce sont des démos techniques et que la première claque que je me suis pris sur console next-gen, eh bien, c’était quand même un Call Of Duty. Alors qu’en est-il de ce nouvel opus, on peut dire nouveau, oui, tant l’offre est nouvelle. Le mode solo est en tous cas inédit et pour être franc, s’il signe la nouvelle direction que va prendre dorénavant la série, je signe d’office. Car avant de vous parler de la réalisation, je voudrais vous parlez un petit peu jeu vidéo, ce qui n’est pas forcément très attendu quand on parle de Call Of Duty. Oh que je suis méchant…

 

Il faut dire que les épisodes précédents, s’ils ont cherché à renouveler certaines phases de gameplay, n’ont jamais proposé que des séquences de tir pan je tue pan t’es mort. On avance et on tire. Ca n’a jamais été passionnant, juste peut-être défoulant. Dans ce Call Of Duty Modern Warfare II, on se retrouve aussi avec des phases de jeu aériennes, des railshooters, du pilotage de missile. Bref, Activision essaie de faire varier les plaisirs et y parvient tant bien que mal. Les essais ne sont pas tous des réussites mais ils ont le mérite d’exister. Non, ce qui est vraiment frappant avec ce Call Of Duty, c’est qu’il parvient à vous faire croire qu’il s’agit d’un Call Of Duty bien propre dans sa réalisation mais qu’il peut tour à tout impressionner avec des stages vraiment très impressionnants mais géographiquement rikikis ou redevenir normal lorsque les stages s’étendent. On se dit qu’on va avaler le jeu d’une traitre et qu’au final on aura passé un bon moment, pas étonnant, mais souvent impressionnant et quand même rondement mené en terme de réalisation.

LIRE AUSSI :  Gerda: A Flame in Winter

Mais ce Call Of Duty va s’emballer et nous surprendre plus d’une fois en offrant déjà une campagne plus longue que d’habitude mais aussi très captivante, bien équilibrée, bien écrite et avec des phases qui font penser vraiment à un jeu vidéo, c’est à dire avec des phases plus tactiques, des combats de boss où un pattern se laisse découvrir, où il faut élaborer une stratégie comparable à celles que vous trouveriez par exemple dans un jeu de plate-forme. Call Of Duty est devenu un vrai jeu vidéo! Et vraiment, l’effort est appréciable. Les gamers ne devront plus rougir en allant acheter Call Of Duty.

 

D’un point de vue purement technique, Call Of Duty est clairement attendu au tournant vu sa réputation. Et on est clairement pas déçu. Certains passage sont fantastiques, avec des effets d’éclairage hyper réalistes et un rendu criant de réalisme. Les stages sont cependant inégaux. Plus un stage est ouvert, plus le titre fait des concessions et c’est tout à fit normal. Cela crée néanmoins un sentiment d’inégalité mais rien de grave, Call Of Duty oscille entre le beau et le très très beau.

Tout le monde pensera sans doute au passage à Asmterdam qui a fait le tour des réseaux sociaux mais rassurez-vous, il y en a encore bien d’autres même si, clairement, la plupart des passages du jeu ne sont pas de ce niveau de réalisation. Call Of Duty est une vitrine technologique mais pas tout le temps. Mais l’immersion se fait également grâce au son et là aussi, encore une fois, le travail est remarquable.

LIRE AUSSI :  Pac-Man World Re-Pac

Bizarrement, la première moitié du jeu m’a clairement fait penser à un Call Of Duty classique, en tous cas dans son approche, mais la deuxième partie m’a vraiment rassasié. Je suis ressorti très satisfait de l’expérience de jeu au final. Le jeu utilise en tous cas de nombreux scripts pour basculer entre phase de gameplay et cinématique. Certes, on subit certains choix sans pouvoir s’en dépêtrer. Cela fait partie des règles de Call Of Duty.

Notons enfin que chaque mission possède sa propre recette avec tantôt des phases de snipe, tantôt des phases de crafting, un peu comme si chaque stage avait été développé par une équipe différente (et visiblement il y a eu du monde qui a travaillé sur ce jeu). Le point positif, c’est la variété, le point négatif, c’est le manque de cohérence ou de fil rouge. A peine apprise, une nouvelle technique de jeu est directement abandonnée.

Call Of Duty se positionne en tous cas cette année au-delà de mes attentes en créant plus d’une fois la surprise, plus en terme de gameplay que de réalisation car sur ce point, je m’attendais à du très bon.

 

 

Share:

Leave a reply

Lire Aussi