Mario Kart 8 Deluxe : la logique des DLC

604
0
Share:
Graphismes8.6
Animation9.1
Gameplay9.1
Bande Son9
Intérêt9.5
9.1

Si Mario Kart 7 est sorti exclusivement sur console portable (la 3DS), Mario Kart 8 a suivi pour nourrir la console de salon de l’époque de Nintendo, la Wii U. Nous sommes en 2014. Mes enfants ont  à cette époque 5 et 9 ans. Et jouer avec eux, au « quasi » même jeu alors qu’ils ont désormais 13 et 16 ans, c’est vraiment une expérience très différence. Car Nintendo a en effet choisi à l’époque de prolonger l’expérience avec des DLC qui sont sortis par vague. Deux tournois si je me souviens bien. Le jeu est alors resorti sur Switch en version Mario Kart 8 Deluxe incluant déjà les DLC et avec une meilleure résolution. Il faut bien vous dire que le jeu est sorti sur Switch en 2017. Ca date mais si je vous dit cela ce n’est pas tant pour signifier que Nintendo nous ressert une soupe refroidie, mais plus pour souligner que ce titre a l’insolence d’occuper encore aujourd’hui les meilleures ventes de jeu vidéo, semaine après semaine.

Alors, quand au détour d’un Nintendo Direct, Nintendo fait l’impasse sur un Mario Kart 9 mais décide à la place de nous proposer 12 nouvelles coupes de 4 circuits, certes pas tout à fait inédites puisqu’inspirées d’anciens Mario Kart mais avec une réalisation remise au goût du jour, soit 48 courses pour 25 euros qui seront proposées en 6 vagues soit 2 coupes et donc 8 circuits par vague. Eh bien vous savez quoi? Il est difficile de dire non à la proposition d’autant que la première vague, déjà disponible, est franchement très convaincante. Notons qu’il ne faudra rien débourser si vous êtes abonné au pack additionnel du Nintendo Switch Online. En revanche, posséder Mario Kart 8 Deluxe est une obligation. De quoi rebooster encore un peu plus les ventes de ce logiciel déjà au zénith?

LIRE AUSSI :  The Quarry

 

Deux coupes sont donc au programme. La première est la coupe turbo dorée qui est composée de 4 courses. Promenade à Paris provient de Mario Kart Tour, la version mobile de la licence qui s’offre donc une première sortie sur console de jeu. Quel bonheur. C’est vraiment très joli et on visite un paris fantasmé qui regroupe plusieurs jolis monuments comme la tour Eiffel, l’obélisque de Louxor ou encore le parc du champ de mars. Le parcours change en fonction des tours et c’est vraiment sympa. Circuit Toad provient de Mario Kart 7 et bénéficie donc d’une belle refonte graphique. Montagne Choco n’est sans doute pas le meilleur circuit de Mario Kart 64. J’aurais plutôt choisi Wario Stadium et son tremplin punitif mais bon. Il faut dire que cette adaptation n’est en tous cas pas la meilleure. Le jeu est ancien et le rajeunissement n’est pas affolant. Enfin, Supermarché Coco offre l’opportunité de visiter le môle et son parking extérieur déjà présent dans Mario Kart Wii. Il y a des escalators qui proposent des zones d’accélération et de ralentissement.

La deuxième coupe (Maneki-neko) n’est pas en reste avec son ambiance très japonaise. On commence avec la Traversée de Tokyo tirées de Mario Kart Tour qui propose ici aussi une évolution au fil des tours puisqu’on découvre tour après tour des nouvelles sections de parcours. Si vous êtes déjà allé à Tokyo, vous reconnaîtrez les quartiers d’Asakusa, de Ginza et son fameux théâtre, la tour de Tokyo ou encore le Rainbow Bridge avec pour l’occasion toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Mario Kart DS nous offre Corniche Champignon alors que la GBA nous réinvite dans son Jardin volant. Ce choix est plutôt étonnant car le circuit ressemble, je trouve, fort à un autre circuit de Mario Kart 8, Voie céleste, qui se déroule dans les airs et qui proposait déjà des raccourcis via des végétaux. Dojo Ninja vous invitera dans un château japonais avec au programme du Japon médiéval très coloré, des planches en bois et les superbes toitures que l’on connaît. Graphiquement, c’est de toute beauté et il faut noter que l’on droit une fois de plus ce circuit à Mario Kart Tour décidemment très présent sur cette livraison de circuit.

LIRE AUSSI :  Ghostwire Tokyo

Share:

Leave a reply