Tiny Tina Wonderland

194
0
Share:
Graphismes7.5
Animation7
Jouabilité6.5
Bande son7
Intérêt7
7

Bienvenue dans Bunker et Brutasse !

Alors non, sous ce titre ne se cache pas la compilation d’une ex-star de la pop.
Et si le visuel vous fait penser à un autre titre de jeu vidéo, ça en revanche, c’est tout à fait normal.

Si l’humour de Borderland c’est votre truc, que le visuel cartoon l’est aussi, alors vous allez nager en terrain connu.

Faisant suite et référence au DLC de Borderlands 2 “Tiny Tina et la Forteresse du Dragon”, le studio Gearbox a eu le bon gout d’adapter ce DLC en jeu standalone. Pas vraiment étonnant vu la qualité et le succès de celui-ci.

Les similitudes n’iront pas beaucoup plus loin.
Ok, le visuel reste inchangé, nous sommes toujours dans cette ambiance en cel shading/cartoon, qu’on aime ou qu’on déteste, mais ne vous fiez pas à trop à l’aspect mignon que le titre peut dégager.

Allez, on plante le scénario : dans un univers médiéval et fantastique, vous devrez vaincre le Seigneur Dragon.
Oui ça ressemble à du jeu de rôle et c’est logique puisque vous êtes en plein dedans.
La maitresse du jeu n’est autre que Tiny Tina.
Après avoir choisi une classe, une race et une apparence, vous voilà prêt à en découdre.

Toujours dans le même esprit, vous évoluerez via des points de compétences à répartir comme bon vous semble au travers deux arbres de compétences.
La carte du monde est représentée sous forme d’un immense jeu de plateau.
Alors, ok, on reste dans l’esprit jeu de rôle mais… ce n’est franchement pas beau.
Les zones sont vides, votre personnage n’est pas détaillé du tout et manque de finesse.
A noter que vous tomberez sur des donjons bien évidement et que ceux-ci sont assez réussis quoique très répétitifs.

LIRE AUSSI :  Teenage Mutant Ninja Turles : Shredder's Revenge

 

L’univers est carrément déjanté et toujours dans le même ton de Borderlands. Si vous êtes fan, vous ne serez pas perdu. Si en revanche ce n’était pas du tout votre tasse de thé, je pense que nous allons vous perdre…
C’est de l’humour potache et maladroit à tout va (quoique moins « pipi-caca »).
L’interface est très brouillonne et chargée. On est loin de l’ingéniosité d’un Elden Ring !
C’est encore et toujours des quêtes de livreurs à répétitions qui peuvent rapidement devenir lourdes pour la progression.

 

 

 

Share:

Leave a reply