Gran Turismo 7

359
0
Share:
Graphismes8.5
Animation8
Jouabilité8
Bande son8
Intérêt7
7.9

Parfois, sortir un test en décallage apporte un certain recul et ici, c’est totalement vrai.
D’ailleurs ce nouveau patch a fait énormément de mécontent. Il devient l’un des jeux les plus mal notés sur Metacritic par les utilisateurs.
Et finalement, ce n’est pas anormal.

 

Je vais vous décortiquer tout ça et vous donnez mon ressenti en ayant un regard objectif et ne retirant néanmoins pas les qualités du titre.

Tout commence par une mise à jour, la 1.07. Les véhicules peuvent être débloqués avec du « vrai » argent, le jeu nécessite une connexion permanente, sensation de prise d’otage de votre progression et de votre contenu.
Il semblerait que Polyphony n’ai pas retenu de ses erreurs avec GT Sports.
Vous savez mon opinion sur le « Pay to win », mais GT7 en avait déjà à la base. Via cette mise à jour, les tarifs ont été revu à la HAUSSE (peut être que le prix de l’essence à eu un impact dans leurs esprits, allez savoir).

Mais de toute façon, la majorité des commentaires des mécontents, c’est la connexion obligatoire pour jouer, même en solo.

Bref, tentons quand même d’analyser le titre au-delà de tout ça.

 

La première chose qu’on peut au moins remettre à GT7 c’est que c’est vraiment très beau. Globalement la modélisation des voitures est parfaite. Les décors ne le sont pas toujours cependant.
Cette vidéo de comparatif modélisation / réalité sur cette course dans le désert m’a fait rire au point d’avoir des barres au ventre.
« Waow ils ont reçu à faire un petit baraquement à côté de tout ce vide et du sable »

LIRE AUSSI :  Splatoon 3

 

Sinon, sur l’ensemble, on peut pinailler mais c’est vraiment joli.

Les circuits changent totalement si vous courrez de jour/nuit/pluie ou beau temps et c’est vraiment très dynamique.

Le mode solo est agréable. Après vous avoir donné gout au plaisir de la conduite dans un joli bolide nerveux, vous allez acheter votre première voiture qui n’a pas du tout le même charisme.
On commence en bas de l’échelle et on monte les échelons. La représentation de votre univers sous forme de petit plan est claire et agréable.

Vous ne risquez absolument pas de vous ennuyer au travers des 96 pistes sur 34 circuits. Il est évident que certains seront inversés.

Son seul souci vient selon moi de l’IA.

Et c’est toujours ce point qui revient. Vous commencerez toujours dernier, les autres joueurs seront toujours incroyablement lents une fois que vous vous retrouvez derrière eux. Bref, ce n’est pas fou.

En revanche, elle se montre généreuse et bienveillante dans ces aides à la conduite avec des indications au sol on ne peut plus précises (les puristes iront immédiatement les désactiver en traitant les autres d’hérétiques).

La grande question du coup est : doit-on dénigrer Polyphony pour des choix discutables ?
Le « Pay To Win », oui clairement, je ne serai jamais pour.
Pour ce qui est de la connexion obligatoire, en 2022, je ne vois pas l’intérêt de faire débat.
Il ne vous demande pas d’avoir un abonnement Playstation mais d’avoir une connexion au net. Ce qui globalement est le cas des 95% des joueurs.

LIRE AUSSI :  Pocky & Rocky Reshrined

Revenons au titre. Que nous soyons bien clair, ce n’est pas un échec. Loin de là. Visuellement, c’est une merveille. Les voitures sont somptueuses et leurs comportements est réellement remarquable. Les décors, je suis un peu plus mitigé. Ce n’est pas laid, loin de là. Mais je trouve qu’on n’atteint pas le niveau d’un Forza.

Le mode photo fera des ravages si vous avez envie de vous faire plaisir. Il y a moyen d’avoir des rendus absolument incroyables.

Au moment de conclure, je dois vous dire que je suis un peu déçu.
Le titre est magnifique à plusieurs égards. Il est plaisant à jouer et on prend plaisir à faire évoluer sa compétence pilote et acquérir des véhicules.

Mais vu l’attente, je m’attendais à beaucoup plus. Et certainement à une meilleure communication de leur part dans le respect des joueurs et pas simplement comme des vaches à lait.

 

 

 

 

Share:

Leave a reply