Mortal Kombat 1

556
0
Share:
Graphismes9.8
Animation9.5
Gameplay8.9
Bande Son8.8
Intérêt9.4
9.3

Mortal Kombat 1 est-il vraiment un reboot de la franchise? Il s’agit en effet plus d’un reboot qui sert le scénario du jeu mais pour le reste, on pourrait plus parler d’évolution que de continuité. Il est vrai que le fan ne sera pas désarçonné en pratique mais les développeurs ont vraiment fait un effort immense sur les décors qui s’intègrent mieux que jamais dans les cinématiques et qui offrent une profondeur de champs aussi unique qu’impressionnante. Une dinguerie. Est-ce que Mortal Kombat 1 est le plus jeu du genre? La réponse est oui.

 

D’ailleurs le jeu se veut plus magnifique qu’horrifique et c’est franchement rafraîchissant. Certes, il y aura toujours du démembrement au programme mais tout se fait sur fond zen et poétique avec des pétales qui s’envolent, des oiseaux qui volent dans le ciel, des couleurs somptueuses qui servent divinement bien des décors qui évoluent, de jour comme de nuit. C’est franchement splendide et tenez-vous bien, c’est raccord avec le scénario. Il y aura quand même quelques décors malaisants mais la plupart du temps, on est en mode contemplation et ce décalage fonctionne vraiment très bien.

 

Il faut dire que nous retrouvons cette licence dans un contexte un peu différent car le Royaume Terre et l’Outre-Monde vivent en pais. On ne parle pas ici de combat mortel mais juste d’affrontements folkloriques, ce qui permet de justifier ce sentiment de bonheur, de plénitude, qui envahit l’univers de Mortal Kombat. Et le pire, c’est qu’un Mortal Kombat mignon, ça fonctionne très bien.

LIRE AUSSI :  Stellar Blade

 

Le casting est limité et il manque pas mal de grandes figures connues issues du classique de la première heure. Pour un « reboot », c’est étonnant, mais il est clair que ce manque sera sans doute comblé par la suite lors de l’arrivée des DLC payants. Pas de Sonya Blade jouable donc pour le moment mais uniquement présente en assist. Quand on pense à l’importance qu’elle avait prise lors de l’épisode précédent, on se dit que ce pas de côté était sans doute nécessaire pour apporter de la variété au titre et se concentrer sur tout autre chose. Pourtant, si quelques personnages tirent leur épingle du jeu, on ne peut pas dire que l’un ou l’autre domine dans cette histoire finalement bien équilibrée mais qui n’arrive finalement pas à éviter un des sujets à la mode du monde du jeu vidéo et du cinéma : le metaverse.

 

Attention, car pour comprendre pleinement l’histoire, il sera nécessaire d’avoir terminé le scénario de Mortal Kombat 11 puisque ce « reboot » s’inscrit en réalité comme suite directe du dernier Mortal Kombat. La suite pourrait d’ailleurs très facilement se repositionner par après dans la numérotation classique. En terme de visuel, NetherRealm a mis le paquet mais en ce qui concerne la recette, le jeu ressemble franchement à ce qui a été fait depuis Mortal Kombat 10. Le mode histoire se termine en deux soirées mais il y a encore tout le reste. Outre le mode versus qui devrait être la partie qui intéressera le plus les joueurs, les développeurs ont mis en place un jeu de plateau qui permet d’offrir des missions supplémentaires, une sorte de mode histoire allégé dont l’intérêt sera peut-être discutable, mais indéniablement, c’est du contenu supplémentaire qui fait bien plus que du simple remplissage.

LIRE AUSSI :  Ronin : attention ça va couper !

 

Si Mortal Kombat 1 ne réinvente pas la roue, il offre une vraie avancée visuelle, on peut parler de nouvelle référence du genre. Le titre est vraiment spectaculaire et joue la carte de la profondeur tout en étonnant le joueur avec un parti pris plutôt féérique dans ces premières heures de jeu. C’est fou de dire ça.  Pour moi, c’est un incontournable à posséder dans sa ludothèque malgré quelques manquements. Il faudra donc voir, au fil des saisons, comment le jeu évoluera mais les vases sont vraiment très belles.

 

Share:

Leave a reply

Lire Aussi