NBA 2K22

85
0
Share:
Graphismes8
Animation8
Jouabilité7.5
Bande son8
Intérêt7
7.7

Sans grande surprise, c’est un peu comme un tradition, NBA 2K revient avec son cru 2022.
Alors que NBA 2K21 était une véritable pépite visuelle, comment cette suite peut faire au moins pareil voir mieux ?

Pari réussi ?

Dès le lancement, il faut l’avouer, visuellement, c’est quand même quelque chose.
Les reflets sur le parquet, les effets de lumières et la modélisation des joueurs sont un vrai régal.
Le public est un peu moins détaillé mais dans l’ensemble c’est vraiment correct.

L’ambiance sonore n’est pas laissée en reste. Musique, commentaires des présentateurs, couinement des baskets sur le parquet. Bref, on est confortablement installé pour assister à un match de basket-ball.
Attention toutefois, les commentaires sont en anglais. Assez logique mais je pense qu’il vaut mieux le noter.

 

D’un point de vue technique, les reflets et gestion de lumières sont en grande partie de cette qualité grâce à une excellente gestion du moteur et de la puissance des consoles « nouvelles générations » (même si ça fait un an qu’elles sont sur le marché, faut-il encore en dégotter une).
Le SSD n’est pas en reste et permet des temps de chargements beaucoup plus rapides, une meilleure gestion des collisions entre joueurs et l’activation du mode « quick resume ».

 

Et si on allait voir ce qu’il se passe niveau gameplay ?

Un mode histoire est à nouveau présent mais bien plus complet que le précédent.
La ville est toujours présente mais un peu plus petite mais on y croise beaucoup plus de joueurs humains.
Même les PNJ évoluent en faisant du sport ou d’autres activités.

LIRE AUSSI :  Chicken run

 

Le but est d’incarner un joueur et de le faire progresser. Cela peut sembler totalement commun à beaucoup d’autres jeux de sports (Fifa voir les jeux de la FIA font exactement pareil avec une progression de son personnage).
La différence ici ? C’est bien mieux gérer et donc c’est beaucoup plus cool et ça donne envie d’y aller.

La progression sera toujours difficile. C’est un peu le point noir du titre (et celui des autres années). Si on veut monter un personnage à un niveau correct, il faudra de l’entrainement. Des heures et des heures. Ou sortir la carte bancaire et débourser quelques euros pour rendre celle-ci moins fastidieuse (perso, je ne le recommande pas. Payer pour gagner… vous savez ce que j’en pense depuis le temps).

 

Le mode MY TEAM évolue lui aussi et on prend énormément de plaisir à composer l’équipe parfaite, toutes années et équipes confondues. Un régal.

Lancé l’année passée, le mode W est toujours présent. Ce mode donné l’accès à le WNBA (basket féminin) et il est très bien réalisé. On se réjouit de voir les choses évolués dans le bon sens.

 

Share:

Leave a reply

Lire Aussi