Klonoa Phantasy Reverie Series

200
0
Share:
Graphismes8.4
Animation8.3
Gameplay7.9
Bande Son8.4
Intérêt8.7
8.3

Kaze No Klonoa est sorti sur la toute première Playsation. Je vous parle d’une époque où le Japon reignait en maître dans le monde des jeux vidéo. Bandai Namco a en tous cas décidé de resortir sa licence fétiche avec une compilation reprenant les deux épisodes de la Playsation. Si le jeu n’a pas vraiment évolué en terme de modélisation et de mécanique de gameplay (les stages sont assez courts et parsemés d’assez peu d’ennemis, l’ensemble est assez rigide) mais le fait de voir le tout tourner en 4K 60fps avec des textures pimpantes et frangantes, cela fait franchement paisible.

Klonoa est un jeu de plate-forme en 2,5 D, comprenez par là que le gameplay est en 2D mais que le personnage évolue dans un décor 3D un peu comme dans Pandemonium ou Clockwork Knight. Ce genre n’est quasiment plus représenté aujourd’hui et c’est franchement dommageable. Ce Klonoa est donc un petit bonbon à la menthe perdu dans la forêt : rafraîchissant comme une madeleine de Proust.

 

Klonoa et sa casquette ornée d’un Pac-Man évolue donc dans son décor. Il peut capturer des ennemis afin de réaliser un double-saut en utilisant l’ennemi capturé pour se propulser lors du deuxième saut. Il est aussi possible de jouer avec la profondeur et d’envoyer un ennemi vers un item à débloquer. Elles ont beau être vieilles, les mécaniques de gameplay sont tout de même bien élaborées!

Ce qui frappe aussi avec Klonoa, c’est que les décors sont vraiment très jolis, colorés et franchement bien animés. Le ciel est en mouvement mais il y a aussi de nombreux autres détails comme des cascades ou encore des feux d’artifice.

LIRE AUSSI :  Vampire The Masquerade : Swansong

 

Je pensais avoir terminé le premier Klonoa sur PSOne, je me souviens en tous cas très bien des deux ou trois premiers mondes mais après, c’est vraiment le blanc total. Il faut croire que je n’avais pas eu le temps de le terminer à l’époque. C’est désormais chose faite. Que peut-on donc conclure sur ce premier épisode. Il est au démarage très accessible mais se transforme peu à peu en die and retry et fait appel à votre logique et vos réflexes bien plus souvent qu’il n’y paraît. Ce Klonoa est au final un petit malicieux qui vous invite dans un univers très coloré à la Nights Into Dreams et moi, désolé, mais je craque complètement. Cela me séduit beaucoup plus que des univers très réalistes et grisonnants. Klonoa est acidulé et même s’il a un peu vieilli la modélisation reste tout à fait charmante en tous points.  D’ailleurs, ce jeu aurait très bien pu être réalisé par la Sonic Team tant on retrouve des ingrédients clé : les couleurs citriques, les environnements rotatifs à la Nights, des mondes merveilleux, le réveil de Nights qui sert ici de check point (d’ailleurs on parle également de rêve dans Klonoa), un anneau doré (merci Sonic) et enfin les musiques qui me rappellent celles de Phantasy Star Online.

Mais qu’en est-il du second opus également présent sur cette compilation? Eh bien, si la technique a au final assez peu évolué. On a plus de profondeur et des décors un peu plus riche mais au final un choix de couleur plus terne et donc à mes yeux moins réussi. Pour le reste, on fonctionne avec un moteur équivalent. Le jeu accueille de nouveaux protagonistes. Au final il n’y a pas de quoi fouetter un chat. De nouvelles idées de gameplay ont aussi fait leur apparition via de nouveaux items mais ne nous leurrons pas, on nage en pleine continuité.

LIRE AUSSI :  Splatoon 3

 

Ne vous laissez en tous cas pas piéger par la douceur de Klonoa. Il se cache en réalité derrière ce titre un jeu vraiment gamer avec une difficulté progressive qui laisse le temps au joueur de s’installer. Le parcours de santé des deux premiers mondes laisseront place à des phases plus retordes. Si vous aimez jeter votre manette, ce jeu n’est peut-être pas fait pour vous au final.

Et si vous souhaitez vous lancer, vous obtiendrez une durée de vie très correcte. Environ 5 heures pour le premier opus et un peu plus pour le second opus qui offre aussi un petit peu plus de variété. Comptez au final une bonne douzaine d’heures pour tout terminer, ce qui reste très correct pour le genre. Merci la compilation pour le coup!

 

Share:

Leave a reply