Resident Evil 4 Remake

657
0
Share:
Graphismes9.5
Animation9.1
Gameplay9
Bande Son9
Intérêt9.5
9.2

Il y a de quoi se réjouir avec le remake de Resident Evil 4 sur nos consoles modernes puisqu’à mes yeux, c’est un des meilleurs épisodes de la série avec le tout premier opus qui reste l’opus de la découverte et avec le Code Veronica qui reste à ce jour mon épisode préféré et qui, je l’espère, héritera aussi un jour de son remake digne de ce nom. Malgré tout, il est pas simple de passer après Resident Evil Village, le vrai premier Resident Evil de cette génération et qui a su bénéficier d’une réalisation exceptionnelle qui font de lui l’une des références des jeux de cette génération. Resident Evil 4 ne bénéficiera donc pas d’un effet surprise puisque c’est le même moteur, le RE Engine, qui permet de retrouver les mêmes belles prouesses. On ne sera donc juste plus étonné mais il faut reconnaître que c’est vraiment très joli et détaillé.

 

Le deuxième problème, c’est bien évidemment l’aspect déjà vu inhérent à un remake mais malgré tout, mes occupations de testeurs ont fait que j’ai rarement l’occasion de me plonger plusieurs fois dans un jeu. Mes souvenirs remontent ainsi à la Gamecube : Resident Evil 4 y était sorti en effet en exclusivité au côté d’autres annonces. Tout le monde se souvient en tous cas des Capcom Five : Resident Evil 4, P.N.O3, Killer7, Viewtiful Joe et enfin Dead Phoenix, un Panzer Dragoon killer qui finira par être annulé. Du coup, il était bien dead le Phoenix.

 

Mais revenons-en à ce Resident Evil 4 qui a, je trouve, été une sorte de reboot pour la série là où les anciens épisodes suivaient une ligne directrice beaucoup plus similaire. Je pense aux ennemis qui sont plus humains que zombies bien que très malades quand même. Même s’il s’agit techniquement d’une revisite, je n’ai vraiment pas joué sans déplaisir car à part quelques éléments marquants dont je me suis souvenu comme la rencontre avec le marchand, une première dans un Resident Evil, qui permettait une gestion un peu plus personnelle et flexible de ses armes, munitions, plantes. J’ai aussi rapidement trouvé mes marques puisque vous pouvez vous équiper d’armes blanches qui s’usent et qu’il vaut mieux réserver aux phases d’infiltration.

LIRE AUSSI :  Freedom Planet 2

 

En général, je tente une belle en pleine tête avant de me lancer dans la mélée et d’achever mon ennemi au corps à corps avec un pied en pleine face à la manière de Chuck Norris. Et puis il y a le fusil à pompe, un indispensable et bien entendu le sniper, indispensable pour bien nettoyer les zones avant de s’y aventurer.

 

J’ai dans l’ensemble bien aimé l’équilibre du jeu : sa part d’action, d’infiltration et de puzzle (jamais bien relevé, il est vrai). La disposition des ennemis est piégeuse et place le joueur dans pas mal de situations inconfortables où l’improvisation et les prices de décision rapides seront la clé. Gare aux erreurs coûteuses en munition car celles-ci, vous l’aurez compris, sont limitées. Des pièges à loup et autres joyeusetés qui vous explosent à la gueule lorsque vous brisez un fil sont disseminés dans le décor. Elles sont vraiment pénalisantes mais peuvent être utilisées contre les ennemis. N’hésitez pas à profiter de leur bêtise, c’est vraiment jouissif.

 

Si le jeu est divisé en chapitre, il est de fait assez linéaire dans sa progression même si vous pouvez revenir traîner dans certains décors afin de terminer les quêtes annexes. Resident Evil 4 remake vaut-il le coup si vous l’avez déjà terminé sur Gamecube (ou ailleurs). Ayant déjà terminé le jeu, je m’étais dit que d’y jouer un peu afin de voir le moteur du jeu serait suffisant pour se faire une idée. Cependant, le jeu propose quand même quelques différences mais je ne vous spoilerai pas. Le jeu est surtout très accrocheur et je me suis donc surpris à terminer une nouvelle fois ce jeu : c’était un pur bonheur.

LIRE AUSSI :  Stellar Blade

 

Share:

Leave a reply

Lire Aussi