Splatoon 3

164
0
Share:
Graphismes9.6
Animation9.5
Gameplay9.3
Bande Son9
Intérêt7.7
9

Sa sortie fut révolutionnaire sur Wii 2. Sa suite apporta une réalisation encore plus léchée. Que peut donc encore faire de plus Splatoon 3? Eh bien outre la 4K pour laquelle il faudra sans doute attendre Splatoon 4, on peut dire que les équipes de Nintendo ont bien travaillé tant la modélisation est franchement excellente. Les personnages ont un look plus chelou que jamais avec des choix franchement bien étranges. On retrouver un petit côté plastique dans les reflets de certaines textures. Les reflets métalliques sont par contre très réussis.  Les stages sont magnifiques et encore plus détaillés.  Mais la grosse différence se ressent au niveau de l’habillage, de la présentation bien pêchue, des gigantesques éclaboussures : Nintendo a mis le paquet au niveau des effets spéciaux. Ca fourmille dans tous les coins, ce qui donne un résultat très vivant à l’écran même si les stages restent relativement inertes. Il y a peu de mouvements et c’est tant mieux pour la lisibilité qui ne soufre pas de toute cette surcouche d’explosion de peinture.

Ce nouvel opus s’inscrit vraiment dans la continuité et ne cherche pas trop à se renouveler. Nintendo joue la carte de la sécurité en se basant sur le fait que si vous avez aimé les deux opus précédents, vous passerez aussi un excellent moment sur ce nouveau Splatoon. C’est rassurant mais aussi un peu triste de constater tant de paresse. Même l’interface joue la carte de la continuité. Le hub est un quartier inn de Tokyo dont la modélisation reste très impressionnante. Le mode scénario fait le taff mais le titre est clairement là pour donner du grain à moudre à son service en ligne.

 

Côté nouveauté, on trouvera les katanas et les arcs qui permettent d’effectuer des tirs intéressants en hauteur. Le katana, lui, est assez proche du pinceau.

Mine de rien, Splatoon revient déjà pour la deuxième fois sur Nintendo Switch là où on attend toujours un deuxiéme Mario Kart, un deuxième Zelda (il arrive) ou encore un deuxième Mario 3D (je ne vous parle pas de Mario 3D World).

 

Pour ceux qui ignoreraient le principe de Splatoon, deux équipes d’affrontent et tentent de repeindre la plus grande surface possible du stage. Eliminer un ennemi le fera rebooter dans sa base et donc, vous ferez perdre du temps à l’équipe adverse. A la fin du décompte, l’équipe qui a recouvert la plus grande surface du décor de sa couleur a gagné.  Petite nouveauté de cet épisode : il existe désormais la possibilité de s’affronter avec 3 équipes de deux joueurs. Cependant, si deux équipes débutent la partie aux extrémités du stage, une troisième équipe démarre en plein milieu. Cette dernière et fatalement désavantagée par sa position centrale puisqu’attaquée de toute part. Pour contrebalancer ce désavantage, il y a 4 joueurs dans cette équipe. Cette situation asymétrique est en tous cas franchement intéressante mais n’est disponible que pendant les évènements spéciaux : splatfest, organisés par Nintendo pour stimuler sa communauté.

LIRE AUSSI :  The Last Of Us part I

 

D’une point de vue technique, le jeu brille par ses astuces de programmation qui donnent de jolies reflets sur les bâtiments sans pour autant proposer du vrai ray tracing. Les effets d’éclairage sont aussi fort malins et le tout fonctionne très bien sans pour autant faire transpirer la Switch puisque tout tourne parfaitement bien en 60 images par seconde. Splatoon 3 n’est pas que bien programmé, il propose aussi un game design intéressant. Le jeu vous apprend à jouer sans être trop intrusif et sans trop vous expliquer les règles du jeu. Tout bien naturellement. Par exemple, un ennemi dans le mode histoire se verra couvrir de couleur avant d’exploser et de disparaître  jamais : une bien jolie façon de camoufler une barre de vie vous ne trouvez pas?

 

Le jeu manque néanmoins un peu à se renouveler, et dans son mode solo, et dans le mode multi. La réalisation est qualitative mais le jeu semble enfermé dans une recette qui manque un peu de fraîcheur. On aurait bien voulu un peu moins de continuité, un peu plus d’innovation. En conclusion, si vous avez aimé les épisodes précédents, ce Splatoon 3 ne constitue pas un risque pour vous, il n’y aura pas de surprise, c’est l’expérience que vous recherchez.

Il y a quand même quelques petites nouveautés outre les armes que nous avons déjà abordées. Le gameplay propose désormais des sauts plus variés. On peut charger son saut en mode sous-marin contre un mur (je ne sais pas si je suis clair là, on va dire que oui pour les habitués de la licence). Le saut peut aussi être défensif en devant un système d’esquive qui vous rend un court instant invulnérable.

Le mode solo n’ayant jamais été la force de Splatoon qui est certes un titre plus orienté multi, Nintendo a pensé à ses joueurs solitaires en enrichissant l’exérience 1 joueur avec le duel de cartes. C’est un mini-jeu dont l’intérêt reste à mes yeux discutable.

En revanche, la force de Nintendo est de proposer des évènements capable de rassembler les communautés. Vous choisissez un camp (par exemple sardine ou maquereau) et vous participer au festival tout un week-end. A la fin du week-end, un camp ou l’autre est déclaré vainquent au vu des performances mondiales des joueurs.

LIRE AUSSI :  Bayonetta 3

Un apsect que j’apprécie moins par contre est l’absence de choix du niveau. Si vous avez vos préférences, vous ne pouvez pas poncer le niveau de votre choix. En effet, il n’y a jamais que deux stages disponibles et ce choix est modifié toutes les deux heures. On ne choisit pas, on subit le choix du moment. J’ai du mal à comprendre l’intérêt, il y a quand même bien assez de joueurs que pour rendre tous les rounds disponibles 24h/24 non? La licence rencontre un succès phénoménal. Alors pourquoi ce choix?

Sachez enfin que comme Splatoon 2 est sorti sur Switch, Nintendo a décidé de vous récompensé si vous avez acheté cet épisode. Le jeu vous offrira moultes avantages en cadeau bonus!

Splatoon 3 est un excellent jeu, c’est indéniable. Cependant, il manque un peu de fraîcheur. En effet, il ne se renouvèle pas assez, convaincu par sa base de qualité mais lorsqu’on achète un nouveau jeu, surtout une suite, on aimerait bien que cela soit justifié par du contenu inédit et intéressant.  Ce Splatoon se repose un peu trop sur ses lauriers et c’est bien là son principal et indéniable défaut. 2 Splatoon sur une même génération de console, c’était peut être trop.
Share:

Leave a reply

Lire Aussi