Zelda Tears of the Kingdom

862
0
Share:
Graphismes9
Animation8.5
Gameplay9
Bande Son8.5
Intérêt8.5
8.7
Reader Rating: (0 Rates)0

Ou Zelda TOK pour les intimes.

C’est un gros test qui nous attend. Il faut dire que l’attente fut longue et les attentes sur le titre étaient conséquentes.
Mais il est temps de conclure ce test ensemble.

 

 

Nous étions en 2017 quand la tornade Breath of The Wild débarquait sur la nouvelle console de Nintendo, la Switch.
Le titre fut d’ailleurs une excellente vitrine technologique car même encore maintenant, il reste une référence pour la console.
Open World (une vraie première pour un Zelda) il ne fait qu’emprunter la voie mais il trouve même l’audace d’en redefinir les codes.

En 2019, Nintendo annonce une suite (oh surprise !) et nous voici en 2023 et le titre est dans nos consoles. Enfin !

 

 

Notez que même si vous n’avez pas fait Breath Of The Wild (BOW pour les intimes), le jeu n’en reste pas moins accessible (bon évidement, vous risque de ne pas comprendre certaines petites références mais vous n’êtes jamais perdu, la narration est réellement complète). 

Bref, notre histoire commence d’une grotte où nous retrouvons Link et…Zelda !
Link est d’ailleurs au summum de sa force et de sa vitalité. Rapidement un évènement survient nous forçant à perdre celles-ci mais aussi…son bras ! Oui, on n’y va pas avec le dos de la cuillère pour débuter.
Zelda quant à elle tombe dans un abysse nous laissant avec une question : est-elle toujours vivante ? 

Sans trop en dire, vous ne resterez pas longtemps avec un seul bras et vous reprendrez connaissance tout en haut d’une ile flottante, les iles célestes.
C’est dans cette immense zone que se passera votre tutoriel afin de comprendre les nouvelles fonctions qui s’offrent à vous. Et croyez-moi, vous n’êtes pas prêt. 

LIRE AUSSI :  Cyber Citizen Shockman 3: The princess from another world

Les nouveaux pouvoirs de Link lui permettent de : passer à travers des éléments du décor, combiner des objets, coller/assembler des matériaux. Bref, les possibilités sont quasiment infinies. D’ailleurs, internet regorgent de vidéo montrant que certains n’ont pas le même sens du bon goût. 

 

 

C’est d’ailleurs ce petit plus qui fait de TOK un titre incroyable. Ici le sens Open World est pris comme jamais avant. 

 

Une fois ce prologue passé, vous foulerez à nouveau le sol bien connu d’Hyrule.
Pourtant, vous verrez que les choses ne sont pas exactement comme vous les avez laissées dans BOW.
Ce n’est pas un changement profond mais vous verrez, c’est un nouveau monde en quelque sorte… 

Visuellement, c’est vraiment très beau. Surtout sur une machine comme la Switch.
Certes, le jeu est incroyable si vous avez l’occasion d’en profiter sur une Switch OLED (malgré quelques petites contraintes de framerate et de netteté).
C’est évidemment quand elle sera sur son dock qu’on peut aisément se dire “ouah cette console en a quand même sous le capot”.
Comme quoi, une maitrise du matos et d’un moteur graphique, ça fait toute la différence.
Pas de raytracing, ni de VRR et pourtant, le jeu est magnifique.

D’un point de vue durée de vie, vous aurez de quoi faire.
La trame principale vous tiendra au minimum pour 50h mais les quêtes annexes sont tellement nombreuses ! C’est colossal !

 

En conclusion, si vous avez adoré BOW, vous tomerez amoureux de TOK. Et si vous ne connaissez pas encore Zelda (je ne peux l’imaginez mais il doit y en avoir) celui-ci a de quoi vous charmer et vous devriez succomber si vous voulez mon avis.

Si on considère que TOK a été un beau cadeau pour lancement de la Switch, peut-être que BOW en est aussi pour conclure cette époque et annoncer une nouvelle console bientôt ?

Qui sait…

LIRE AUSSI :  Freedom Planet 2

 

Je vous laisse avec cette pub que je trouve magnifique et casse là aussi les codes de com pour vendre le jeu.

Et voilà le spot qui permet de voir un peu plus du jeu (mais un peu moins sentimentale)

 

 

 

 

Share:

Leave a reply