Air Twister

298
0
Share:
Graphismes9.1
Animation9.2
Gameplay9
Bande Son9.7
Intérêt9.2
9.2

Space Harrier à peine camouflé, Air Twister ne peut cependant être considéré comme plagiat puisque c’est Maître Yu (Suzuki) qui est au fourneau. Même certains ennemis et missiles sont des clins d’oeil à l’oeuvre originale. Néanmoins, la direction artistique d’Air Twister est vraiment alambiquée : c’est du kitch fantasmagorique : Yu Suzuki est sous acide. Il y a aussi pas mal de Tim Burton au menu et musicalement parlant, on a droit à un mélange de Bohemian Rhapsody et de Killer Queen soupoudré de Nightmare before Christmas, de Carmina Burana et de Material Girl. On se prend une vraie giffle en visitant ce qui est sans doute à ce jour le jeu le plus lyrique de Yu Suzuki. Et c’est franchement très désarçonnant car le résultat à l’écran est plus que spécial.

Ce rail shooter dispose cependant d’un haut degré de difficultés. Vous serez forcé d’y revenir en boostant votre personnage (une femme alors que dans Space Harrier, c’était un homme), ce qui octroie une très belle replay value au jeu qui reprend aussi un peu les recettes des jeux free to play (sans en être) avec des récompenses à débloquer en récoltant des étoiles en tuant des ennemis ou en remplissant des objectifs qui sont aussi parfois simplement liés à revenir jouer au jeu. Il y a une sorte de fidélisation inutile (puisque l’éditeur n’a rien à y gagner) un peu façon « saison » mais de manière très limitée et qui utilise votre connexion internet. Tout cela se mêle à vos prouesses et qui vous permettront de débloquer de nombreux items de collection.

LIRE AUSSI :  Irem Collection Volume 1

 

Le premier contact avec le jeu est, je trouve, assez compliqué car il est tellement typé qu’il faut apprendre à l’aimer. On se demande au début : « mais qu’est-ce que c’est que cette chose? » Mais c’est parce que le système de jeu est accrocheur que l’on finit par comprendre les mécanismes de celui-ci. On débloque plein d’options qui peuvent n’avoir qu’un rôle esthétique mais certains éléments vous offriront de sérieux atouts dans le jeu en terme d’armes ou en terme de vie.

 

C’est donc un mix. On upgrade son personnage via une sorte de mode aventure et un grand plateau qui fonctionne comme un arbre de compétences mais on devient aussi plus fort et on progresse pour découvrir les 12 niveaux du jeu. Ceux-ci ne sont pas bien longs mais comme il va falloir recommencer encore et encore, je vous garantie une belle durée de vie et surtout une bonne replay value pour tout débloquer à 100% d’autant que des bonus jouables viennent aussi se rajouter au fur et à mesure.  Sous ses airs de faux semblant, j’ai trouvé Air Twister très complet.

 

Le jeu tout réalisé en 3D est vraiment très joli et bourré d’effets et de reflets. C’est simple mais vraiment magnifié par la puissance des consoles actuelles. Le jeu est aussi très fluide. Le gameplay prend aussi des éléments dans Panzer Dragoon avec le système de lock. D’ailleurs certains stages semblent aussi s’inspirer de sa thema.

 

 

Votre personnage vole mais il est parfois à dos de cygne ou d’autres animaux que je vous laisse découvrir (pas de dragon pour le coup) car certains sont vraiment perchés. En terme de gameplay, on est sur du jeu d’Arcade oldschool : à vous de trouver donc les techniques pour éviter les tirs ennemis (spoiler alert : avoir joué à Space Harrier va clairement vous aider).

LIRE AUSSI :  Le Grinch : Les aventures de Noël

Air Twister est donc pour moi une excellente surprise, un jeu oldschool aux allures modernes qui a aussi su modifier son offre pour mieux se calquer aux propositions des productions actuelles.

Share:

Leave a reply

Lire Aussi