Park Beyond

304
0
Share:
Graphismes8.6
Animation8.1
Bande Son7.2
Intérêt9.5
8.4

Park Beyond est un jeu de gestion de parc d’attractions tout comme Theme Park ou encore Planet Coaster si ce n’est que ce nouveau titre qui utilise le système habituel de gestion qui doit trouver un juste équilibre entre l’offre des attractions à sensation, la thématisation, les aires de repos, la vente de boissons, snacks, souvenirs, le propreté du parc, la gestion des employés responsables de ce nettoyage mais aussi de l’offre « entertainment » ou encore la maintenance, nous promet de proposer des attractions complètement folles qui défient les règles les plus élémentaires de sécurité. Vous aimeriez voir un rollercoaster quitter ses rails pour être propulsé par un canon et rattraper des rails un peu plus loin? Pas de problème, c’est exactement ce que Park Beyond vous propose ici. C’est fou, oui, mais avec quand même quelques contraintes réalistes car si on pouvait vraiment faire tout ce qu’on voulait à 100%, il n’y aurait plus vraiment de réflexion et donc plus vraiment de jeu. En gros, il faut encore faite attention aux obstacles que vous pourriez rencontrer avec votre tracé. Celui-ci doit donc rester cohérent mais clairement, les règles du jeu ont changé.

Le gameplay est assez complexe et profiterait certainement plus d’un clavier et d’une souris mais comme je suis un joueur console, j’ai du me faire un peu violence avant de trouver mes marques. L’interface est très riche et du coup pas tellement claire. Mais après quelques temps, on s’y fait et on commence à naviguer et à utiliser les raccourcis, mais pas non plus sans accroc. Le jeu propose cependant pas mal d’automatisme et les nouveautés arrivent au fur et à mesure en fonction de votre expérience de jeu. Les nouvelles attractions ou les nouveaux stands se débloquent un petit peu plic ploc, ce qui facilité quand même l’accessibilité et c’est tant mieux car certains menus ne sont pas du tout user friendly. Enfin, ça c’est au début, car par après, il faudra obligatoirement passer par un laboratoire de recherche.

LIRE AUSSI :  Diablo 4 : le retour du roi ?

 

Si l’expérience propose au début des attractions classiques, normales, le côté épicé apparaît vitre et l’offre devient rapidement débridée, délurée : bienvenue dans le monde de l’impossible piloté par vous même, Phil le rêveur dont l’imagination n’a plus de limite et Izzy, plus rationnelle, qui n’a qu’un seul mot d’ordre : rentabilité!

Le mode campagne est idéal pour apprendre à utiliser les menus. Le premier parc sera assez simple et peut exigeant, vous permettant d’apprendre sans trop vous soucier des problème : un tutorial ludique (mais dirigiste) en somme. Au fur et à mesure, les objectifs s’intensifieront même si certains, non remplis, ne vous empêcheront pas de continuer l’aventure mais en cas de réussite, vous obtiendrez de belles récompenses. Plus vous progresserez, plus vous devrez vous baser sur vos acquis.

Le mode bac à sable s’adresse par contre à un public plus aguerri qui n’a plus vraiment besoin qu’on lui tienne la main. Il est d’ailleurs intéressant de voir que le jeu s’adresse à la fois au grand public qui veut juste profiter du jeu et de ses folles créations. Un système de filtre permet de toucher un public plus aguerri curieux d’exploiter le titre jusqu’à dans ses moindres détails. L’outil est à la fois puissant et intuitif. Il mettre en évidence rapidement les problèmes de votre parc mais aussi mettra en évidence la fluidité de la circulation, la satisfaction du public…

Je suis plutôt bon clients de ce genre de jeu de gestion qui sort de son côté sérieux pour pénétrer des univers de fantaisie que sont les parcs à thème. Cette fois-ci, on pénètre même dans l’irréel tant les attractions proposées (pas au début cependant) flirteront autant avec la créativité, le danger et l’irrationalité, c’est donc tout bonnement génial. Park Beyond est un titre vraiment agréable qui joue la carte du renouvellement avec brio tout en gardant quand même les fonctionnalités de base, histoire de ne pas réinventer la roue quand ce n’est pas nécessaire de le faire.

Share:

Leave a reply