Tales Of Arise

326
0
Share:
Graphismes8.4
Animation8.7
Gameplay9.4
Bande Son9.7
Intérêt9.3
9.1

Etant fan de Tales Of depuis la première heure (je me souviendrai toute ma vie de la découverte de l’intro de Tales Of Fantasia sur Superfamicom dans un magasin), l’arrivée d’un jeu annoncé comme nouveau tournant de la série profitant d’un moteur flamant neuf a forcément de quoi éveiller ma curiosité. Je voudrais cependant vous lancer un avertissement. Si vous vous attendiez à des tons mauves, turquoises ou roses et autres tons pastels et acidulés, vous pourrez vous l’accrocher, c’est plus l’orange et le brun qui sont ici à l’honneur. La direction artistique prend en effet ici une direction beaucoup plus mature. La réalisation est correcte mais vraiment sans plus. Attendez-vous à un jeu en 4K et fluide avec de beaux effets d’éclairage mais en revanche, on ne sent une fois de plus pas la clacounette next gen. La qualité des textures varie en fonction de l’éloignement de la caméra et franchement cette résolution dynamique est trop visible. Certaines décors semblent dès lors popper lorsqu’on s’approche trop rapidement.

 

Le héros principal, insensible à la douleur, va rencontrer l’héroïne qui, elle, ne peut s’empêcher de donner des douleurs atroces à ceux qui osent la toucher. Le jeu, vous le verrez rapidement, est très souvent en mode parlote (bizarre que certains dialogues soient calés en bas à droite de l’écran comme s’ils n’étaient pas assumés) et il y a encore bien d’autres défauts. Par exemple, j’ai trouvé les cinématiques vraiment pas folles. Je ne sais pas si l’idée était de limiter le framerate pour rajouter un petit côté a mais le mélange 2D / 3D pas bien fluide n’est franchement pas très heureux. J’imagine que de la 2D seule aurait été bien intégrée mais le moindre travelling, la moindre rotation donne un effet stroboscopique  qui se fait balayer d’une traite lorsque le jeu (et le temps réel) reprend ses droits. Bienvenue dans un monde ou le jeu est plus beau que les cinématiques.

LIRE AUSSI :  Spelunker HD Deluxe

 

C’est donc bien du côté du gameplay et du rythme que Tales Of Arise brille de mille feux. Les combats apparentés facilement à des feux d’artifice sont vraiment excellents avec des arènes, certes, mais aussi de l’action tout en obligeant le joueur à rester un fin stratège. Le nombre de coups donnés à la minute est clairement limité et il va falloir composer avec, se rationner, effectuer des esquives et des sauts tout en plaçant des coups bonus à l’aide de la croix directionnelle. Chaque direction déclenche un coup supplémentaire et plus spectaculaire qui sera effectué par vous ou l’un de vos alliers. Chaque personnage est en effet lié à une direction. Le jeu n’hésite pas à s’inspirer des combos d’un Bayonetta ou d’un Devil May Cry puisqu’il sera possible d’envoyer un ennemis dans les airs afin de lui faire déguster un festival de pains. Il est clair que le système de jeu est très subtil et vous promet une apprentissage progressif et jouissif. Visuellement, les animations sont magnifiques et vraiment impressionnantes avec bien souvent l’impression d’assister à un dessin animé.

La farming est roi dans Tales Of Arise avec la possibilité de développer les aptitudes de chaque personnage. C’est franchement là aussi une très belle réussite puisque le rythme de progression relance sans cesse le désir de progression. Au fur et à mesure que le jeu s’installe, on oublie peu à peu les faiblesses du jeu tant le jeu fait preuve d’inventivité. Ce J-RPG peut franchement se ranger aux côtés de Lunar, Lost Odissey, Tales Of Vesperia, Lunar, Grandia, rien que ça! Le jeu s’affiche en effet plus comme un joli cliché des anciens jeux du genre et pourtant, on ne peut pas dire que le titre n’est pas moderne.

LIRE AUSSI :  Maneater

Tales Of Arise est vraiment excellent de par la variété des décors traversés. On notera de très jolis effets d’éclairage : Namco Bandai a en tous cas choisi d’abandonner le moteur habituel pour exploiter un moteur non moins célèbre : l’Unreal Engine. L4ensemble donnc un aspect cell-shading option peinture qui donne un beau cachet général sans pour autant nous donner une grosse claque next-gen.

 

L’ambiance du titre assez médiévale fera appel à des grands pans de la science-fition. Pensez-vous qu’il y aura plein de fan service dans ce Tales Of? Eh bien cette fois-ci pas trop. Il faut dire que le jeu est relativement sérieux. L’histoire n’hésite pas à aborder des thèmes qui s’inspirent à nos périodes sombres de l’histoire comme la colonisation. Tout cet aspect grandiose de l’histoire est mis en exergue par un bande-son magistrale, symphonique. J’ai eu l’impression d’avoir tout un orchestre présent dans ma gaming room, prêt à m’accompagner à chaque instant. Je vous assure que c’est absolument divin et unique, sans doute du jamais vu.

 

 

Share:

Leave a reply

Lire Aussi